Dodo

Genres en scène au festival Autrement Gay


Le festival stéphanois Autrement Gay propose notamment cette année deux pièces de théâtre qui explorent la question du genre – et résonnent avec des thématiques très actuelles.


 

regarde maman je danse vanessa van durme autrement gay

 

Après des mois d’un «débat» sur le «mariage pour tous» qui aura donné lieu à d’éprouvantes scènes d’hystérie de la part des opposants au projet de loi, le festival Autrement Gay revient à point nommé pour réfléchir à tête reposée sur des problématiques qui suscitent trop souvent un rejet viscéral de la différence. Et c’est du côté des planches de théâtre que cette septième édition réserve ses meilleures surprises. Le 5 juin, la Comédie de Saint-Étienne accueillera ainsi la reprise d’une pièce créé en ses murs fin janvier : Garçon(ne), l’histoire d’une petite fille élevée par sa mère comme un garçon (sous le nom de Simon) afin de la protéger de la misogynie de son père. La pièce convoque les mythes grecs (notamment celui de Cronos, le Titan infanticide) aussi bien que les contes de fées : «Simon» croise ainsi sur son chemin un loup philosophe et résolument antisexiste («je mange absolument de tout : des garçons comme des filles !») qui l’aidera à administrer une leçon à son étouffant géniteur. Mais ce spectacle pour grands et petits (à partir de six ans) n’est pas non plus sans résonance avec des phénomènes qui n’ont rien de fictionnels, comme celui des bacha posh, des fillettes travesties en garçon par leurs familles dans certaines régions de l’Afghanistan et du Pakistan pour que leurs parents échappent à la «honte» de n’avoir pas eu de fils. Plus près de nous, on pense aussi aux centaines de milliers de nos concitoyens capables de descendre dans la rue pour protester contre ce qu’ils appellent bien maladroitement «le gender» – nouveau moulin à vent d’une droite inculte manipulant imprudemment des outils théoriques auxquels elle n’a, de toute évidence, rien compris.

Ainsi soit-elle

Il est encore question de genres dans le spectacle Regarde maman, je danse (le 7 juin à l’Université Jean Monnet). Seule en scène, l’actrice belge Vanessa van Durme interprète elle-même ce récit autobiographique de sa longue transition, depuis le petit garçon qui se rêvait en danseuse jusqu’à la femme qu’elle est devenue. Sans pathos mais avec une extraordinaire habileté à nous transmettre son vécu, elle lève le voile sur son intimité et nous laisse entrapercevoir comment le papillon s’est extrait de sa chrysalide. Là encore, la programmation théâtrale d’Autrement Gay est en prise direct avec le réel, sinon avec l’actualité : il permet de rappeler par exemple que, si les gays et les lesbiennes ont bénéficié cette année d’une avancée juridique considérable, les droits des trans, en revanche, n’ont guère progressé au bout d’un an de gouvernement socialiste…

 

Festival Autrement Gay, du 4 au 8 juin à Saint-Étienne / 04.77.41.07.26

 

Photos © Fred Debrock

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.