Dodo
masculinités

Nouvelle édition du livre “Masculinités” de Raewyn Connell

Quelques années après une première traduction, les éditions Amsterdam republient le désormais classique Masculinités, Enjeux sociaux de l’hégémonie de Raewyn Connell, dans une édition agrémentée d’un nouveau chapitre. 

Pour celles et ceux qui ne la connaîtraient pas, l’autrice et universitaire australienne Raewyn Connell fait office de pionnière dans l’étude des masculinités. Paru en 1995, Masculinities, son ouvrage phare, tire pleinement profit du concept de genre (pris dans une optique relationnelle) pour déblayer les premières réflexions autour d’un genre structurant nos sociétés, mais peu enclin à porter sur lui-même un regard critique. 

C’est notamment à cette occasion qu’elle nommera plusieurs manières d’habiter la masculinité (qu’elle soit hégémonique, complice, subordonnée ou marginale), s’attachant toujours à éviter la rigide transformation en archétype, et attentive à replacer le genre au sein d’un faisceau de réalités complexes, variable selon les situations et les contextes.

Pour cette traduction, une attention toute particulière est portée sur les travaux de l’autrice mêlant genre et santé. Cette réflexion, née en écho à la crise du VIH/sida, poussa Raewyn Connell à réinterroger le cadre dans lequel penser la santé et la maladie, notamment dans la prise en considération des facteurs non-médicaux contribuant à la bonne ou mauvaise santé des personnes. 

Penser la santé des personnes trans dans sa globalité

Cette dynamique de réflexion se poursuit par ailleurs dans le nouveau travail de l’autrice publié à l’occasion de cette réédition, « La santé trans à une échelle mondiale ». La volonté de ce texte est de pouvoir penser la santé des personnes trans d’une manière plus approfondie, qui ne réduit pas cette question au seul domaine médical. En effet, la santé y est perçue comme un enjeu complexe, indissociable des « relations économiques, de pouvoir et affectives, tout en mettant en jeu des questions d’identité ». 

Il peut être surprenant, et même un peu regrettable, qu’en matière de santé des personnes trans, l’article s’attarde quasi-exclusivement sur celle des femmes, laissant de côté celle des hommes – ce qui s’explique peut-être par le fait que l’autrice, elle-même une femme trans, base également sa recherche sur les échanges et rencontres effectuées dans plusieurs pays du monde auprès de communautés de femmes trans. 

Cette réédition est donc l’occasion d’une (re)découverte des travaux ayant largement contribué à développer le champ d’étude des masculinités, afin d’aiguiser notre regard critique sur ce genre aussi bavard que peu réflexif. 

À lire

Masculinités de Raewyn Connell (Éditions Amsterdam). En librairies.

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.