Le prix Joseph a été décerné à l’autrice lyonnaise Wendy Delorme pour son roman Le corps est une chimère (Au Diable Vauvert).

 

Paru en septembre (cf. Hétéroclite #136), cette fiction littéraire aborde avec pertinence les sujets auxquels notre société est confrontée par l’entremise des multiples récits et personnages qui façonnent le roman. PMA, homoparentalité, identité de genre, âgisme, racisme, viol, travailleuse du sexe, les thématiques sont traitées de manière frontale et tangible. Et c’est justement la dextérité de Wendy Delorme à « placer l’humain au centre de son œuvre » qui a été félicitée par le jury. Le corps est une chimère se révèle être un témoin précieux de notre époque où la désillusion ne laisse qu’une infime place à l’espoir d’une société meilleure et plus égalitaire.  

Le prix Joseph est un tout jeune prix littéraire. Inauguré en début d’année à Montpellier, il a pour vocation de célébrer la littérature du Sud de la France et de déplacer l’attention médiatique autour des prix littéraires (majoritairement parisiens pour les plus médiatisés) vers une autre zone géographique. Ce premier prix récompense également la maison d’édition indépendante Au Diable Vauvert basée dans le Gard. Avec au centre de leur intérêt la jeunesse, les créateurs de ce prix se sont distingués par leur volonté de récompenser une œuvre qui intéresse une génération de plus en plus éloignée de la littérature à mesure qu’elle épuise son temps sur les réseaux sociaux. 

 

Le corps est une chimère de Wendy Delorme (Au Diable Vauvert). En librairie. 

© Daria Ivanova

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.