Dodo

Festival Face à Face 2012 : la soirée d’ouverture

Résumé de la première soirée du festival Face à Face 2012, en partenariat avec l’Office du Tourisme de Saint-Étienne.

cinema-le-melies-saint-etienne

Comme l’an passé, c’est à l’Office du Tourisme que s’est officiellement ouverte, jeudi 22 novembre au soir, le festival Face à Face 2012. Cette huitième édition du festival international du film gay et lesbien de Saint-Étienne proposera durant tout le week-end une sélection de fictions et de documentaires sur le thème «censure et autocensure». Signe du soutien appuyé de la municipalité à cet événement (l’un des deux festivals annuels LGBT dont peut s’enorgueillir la ville), un drapeau arc-en-ciel ornait pour l’occasion la façade du bâtiment et le maire Maurice Vincent (PS) avait préparé un discours célébrant les valeurs de tolérance et d’ouverture porté par l’association organisatrice du festival, juste avant que l’équipe au complet ne pose pour la traditionnelle photo de groupe.

Festival Face à Face 2012 saint-etienne-cinema-lgbt-gay-et-lesbienÀ 21h, direction le cinéma Le Méliès pour assister à la projection, en avant-première, de Yossi, le nouveau film du réalisateur Israélien Eytan Fox (Tu marcheras sur l’eau, The Bubble…). Le film sortira sur les écrans français le 2 janvier prochain. Il s’agit d’une suite du Yossi & Jagger (2002), l’un des premières fictions à mettre en scène une histoire d’amour entre deux soldats de Tsahal, l’armée israélienne. Le film se terminait tragiquement sur la mort de l’un des deux amants.

Yossi, un film baigné d’une douceur mélancolique

Dix ans plus tards, Yossi est devenu médecin spécialisé dans la cardiologie, mais n’arrive toujours pas à faire face à ses propres problèmes de cœur. Incapable d’oublier son premier amour, il se réfugie dans son travail et dans une sexualité frustre. À la faveur d’une rencontre fortuite avec la mère de son ancien amant, il décide de lui avouer sa relation avec son fils décédé, avant de partir chercher l’apaisement durant quelques jours de congés dans le Néguev (région désertique dans le sud d’Israël). En chemin, il rencontre un quatuor de jeunes soldats, dont l’un deux, Tom, vit ouvertement son homosexualité auprès de ses camarades. Oubliant son intention initiale d’aller se perdre dans le désert du Sinaï, Yossi décide de prendre quelques jours de repos dans la station balnéaire d’Eilat (située sur les bords de la mer Rouge, à l’extrême-sud du pays) avec Tom et ses amis…

De l’avis général, Yossi n’atteint pas la force et l’intensité dramatique des précédents opus d’Eytan Fox (que nous n’avons pas vus). Il s’en dégage néanmoins une douceur mélancolique à laquelle il est bien difficile de ne pas se laisser prendre. Les thèmes du deuil, du souvenir, de la fuite du temps irriguent ce film jusqu’à sa toute dernière scène, malheureusement trop naïve et optimiste pour être véritablement crédible.

Vendredi, le festival Face à Face 2012 se poursuivra avec une rencontre à 15h avec l’universitaire et militant Louis-Georges Tin (fondateur notamment de la Journée mondiale de lutte contre l’homophobie) avant une nuit entière dédiée aux court-métrages.

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.