Dodo

“Amants d’Apollon”, l’exercice d’admiration de Dominique Fernandez

«On ne peut se construire sans admirer» explique l’académicien gay Dominique Fernandez dans son dernier essai, Amants d’Apollon.

amants d'apollon l'homosexualite dans la culture dominique fernandez editions grasset academie francaise heterocliteC’est comme dans Gerontophilia, le dernier film de Bruce LaBruce : on adore la beauté lumineuse et l’intelligence instinctive de son jeune héros et on s’incline devant le parcours, la personnalité, la richesse du vieillard dont, à la surprise générale, l’éphèbe s’éprend. L’admiration est ainsi, elle ne fait pas de différence : elle s’offre à des êtres, des objets, des œuvres dont la diversité, les différences voire les divergences se complètent et se conjuguent. En ces temps de cynisme généralisé, en cette période où la médiocrité est tant valorisée, il faudrait se répéter en boucle cette phrase nichée dans l’introduction des Amants d’Apollon, le dernier essai de Dominique Fernandez : «on ne peut se construire sans admirer».

Et tant qu’à faire, l’académicien de quatre-vingt-cinq ans nous invite ici à admirer d’abord des chefs-d’œuvre et des génies, en revisitant sur un mode gay la culture classique et ses modèles, de Ganymède à Gide. C’est (comme toujours chez lui) lumineux et érudit, profondément engagé, daté parfois (on ne renie ni son âge ni sa génération !), contestable – heureusement ! Mais cela a cette vertu essentielle de nous ancrer dans une histoire, et donc de nous aider à nous comprendre et à comprendre notre rapport historique à la société dans laquelle on vit, cette société complexe qui accepte le mariage pour tous mais où prospère en parallèle l’homophobie et où des gays, dans toute la bonne foi de leur ignorance crasse, pensent que c’est du côté de l’extrême-droite qu’ils peuvent s’épanouir.

Admirer les classiques mais aussi les modernes

Admirer les classiques, donc, mais aussi admirer les modernes, ceux qui réinventent le rapport de l’homosexualité au monde et dont les films viennent de (ou vont) sortir en DVD : Bruce LaBruce et son goût de la transgression jusque dans la romance (Gerontophilia, donc), Céline Sciamma et son énergie qui se joue des genres (Bande de filles), Xavier Dolan et l’évidence décomplexée avec laquelle il pose ses personnages dans leurs identités singulières (Mommy) ou même l’inconnu Hong Khaou, dans la tendresse jamais mièvre qu’il met à dessiner les relations entre un veuf gay et la mère de son amant (Lilting ou la délicatesse). L’admiration est une façon d’être au monde qui n’empêche pas la colère ou la lucidité, c’est un exercice exigeant qui nous construit en nous reliant aux autres, ceux d’hier et d’aujourd’hui. Il faut admirer.

 

Amants d’Apollon. L’homosexualité dans la culture de Dominique Fernandez (éditions Grasset)
Gerontophilia de Bruce LaBruce (en DVD chez Épicentre Films)
Mommy de Xavier Dolan (en DVD à partir du mercredi 18 mars chez Diaphana)
Bande de filles de Céline Sciamma (en DVD chez Pyramide)
Lilting ou la délicatesse de Hong Khaou (en DVD chez Jour2Fête)

 

Photo : Dominique Fernandez © JF Paga / Grasset

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.