Bravant les règles de prosodie les plus élémentaires, Arty Farty s’entête depuis 17 ans à faire rimer weekend de l’Ascension avec musiques électroniques.  

Pour sa dix-septième édition, Nuits sonores investit encore largement la ville de Lyon avec une flopée d’artistes venu·es du monde entier et des festivalier·es prêt·es à défier les conventions les plus conservatrices comme celle qui consiste à dormir la nuit. Ou à dormir tout court. Afin de prendre part au mieux aux festivités et d’occuper de manière stupéfiante ces quatre jours et nuits privés de sommeil, Hétéroclite vous propose une sélection sans doute non exhaustive mais certainement exténuante,  forcément subjective mais qui vous évitera d’errer sans objet dans les rues.  

nuits sonores peggy gouJours de tonnerre  
Lors de la précédente édition des Nuits sonores, la programmation des journées du festival avait largement emporté l’adhésion du public. La forme de ces days a en effet de quoi séduire puisqu’il s’agit de confier la création du line-up à un·e artiste différent·e chaque jour. On ira donc se trémousser avec impatience à la Sucrière, aux pieds des silos et sur la terrasse du Sucre,  au rythme des accointances  et affinités sélectives de la Sud-Coréenne Peggy Gou (Day 2) et de l’Allemande Lina Willikens (Day 4). 

Nuits d’ivresse 
Dès que le soleil disparait derrière la colline de Fourvière, les principales activités des Nuits sonores prennent à nouveau place sur le site des Anciennes Usines Fagor-Brandt à Gerland. Si James Blake fait sans aucun doute figure de tête d’affiche de la première nuit, on se penchera néanmoins avec intérêt sur le contenu de la Nuit 3 (vendredi 31 mai). Les clapotis du Rubicon et les vapeurs soufrées du Vésuve nous pousseront inévitablement vers la Boiler Room Stage afin d’écouter les pionniers de l’italo-disco Rago & Farina et le créateur de Bordello A Parigi, De Dupe. Cette soirée sera également l’occasion de (re)voir la Palestinienne SAMA’, que l’on avait découverte lors de la closing de l’édition 2018 du festival Intérieur Queer, ou encore la Brésilienne Barbara Boeing. 

nuits sonores lokierLa Nuit 4, quant à elle, sera placée sous l’égide de valeurs sûres de la musique électronique au féminin. Après avoir prêté une oreille attentive à la Canadienne Jayda G, il faudra en effet faire preuve du don d’ubiquité pour profiter du DJ set de The Black Madonna en halle 1 qui rivalisera d’intensité avec le b2b de Jennifer Cardini et de Lokier en halle 3.  

Enfin, comme à chaque édition, la Nuit 2 du festival est dédiée au circuit, nuée d’événements qui s’abat sur divers lieux de la ville. En 2018, la soirée organisée par le Lavoir public avait sans conteste été l’un des meilleurs moments du festival. C’est donc les yeux fermés mais les oreilles grandes ouvertes que l’on se dirigera à nouveau impasse  Flesselles cette année pour écouter Wild Aspect et Jazar Crew. Celles et ceux qui ont peur de faire une overdose d’électro pourront profiter de cette deuxième nuit pour aller faire un tour du côté du Sonic et se laisser mordre par la cold wave de Venin Carmin. 

nuits sonores dynastitsC’est extra ! (et pas cher) 
Outre une santé de fer, suivre la totalité de la programmation officielle de Nuits sonores requiert également une CB Platinum. Néanmoins, la multiplication d’événements spéciaux et d’extras dans divers lieux de la ville permet à chacun·e de profiter des festivités à moindre coût. Le collectif Plus Belle La Nuit propose ainsi un avant-goût du festival Intérieur Queer, dont l’édition 2019 a été déplacée à l’automne, en invitant Kompromat, l’Homme Seul et Corneluis Doctor au Sucre le 1er juin. Cette journée s’annonce chargée puisque c’est également ce jour-là que Baston, nouveau lieu des nuits lyonnaises LGBT qui vient d’ouvrir ses portes (cf. p.4), proposera un Cluedo Techno animé notamment par Dragones, collectif de drag-queens de la capitale des Gaules. Enfin, toujours le 1er juin, on ne saurait manquer la Disco-vente aux enchères des féministes Dynastits au Périscope dont les recettes seront intégralement reversées au Planning familial. Enfin, rien de tel que de prendre le large pour retrouver ses esprits : le Livestation et l’agence de booking Je Demain proposent plusieurs croisières sur le Rhône ou la Saône dans le cadre du Loveboat du jeudi au samedi.  

Nuits sonores 2019, du 29 mai au 2 juin / www.nuits-sonores.com 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.