Dodo

Ouramdane, Carvalho et Gat font leur Révolution(s)

Avec Révolution(s), le ballet de l’Opéra de Lyon met en avant trois membres de la jeune garde de la scène chorégraphique mondiale : Tânia Carvalho, Rachid Ouramdane et Emanuel Gat.

 

Si le ballet de l’Opéra de Lyon aime revisiter le répertoire des grands noms de la danse contemporaine (notamment les pièces emblématiques de Merce Cunningham, de William Forsythe ou d’Anne Teresa de Keersmaeker), il lui arrive également d’offrir un coup de projecteur à la jeune garde de la scène chorégraphique mondiale. C’est ce que propose Révolution(s), spectacle hors-les-murs accueilli par le Toboggan de Décines et composé de trois pièces chorégraphiées par trois artistes qui portent les espoirs de renouvellement de la danse contemporaine.

Ainsi, Tânia Carvalho présentera la première mondiale de son spectacle Xylography. Le public lyonnais a pu découvrir le travail de cette artiste protéiforme (à la fois danseuse, chorégraphe, musicienne et dessinatrice) aux Subsistances en 2013 (lors de la deuxième édition du festival Aire de jeu) et en 2014 – avec Weaving Chaos. Elle est notamment à l’origine du collectif Bomba Suicida – aujourd’hui dissous – qui avait pour but de promouvoir la culture et la création de son pays, le Portugal. Pour son nouveau spectacle, elle s’entoure de dix-huit interprètes et travaille l’improvisation à partir d’une figure empruntée à la danse classique : suivant le principe de la gravure sur bois, chaque danseur imprime sur scène une variation autour du même thème.

 

Tout autour Rachid Ouramdane credit Jaime Roque de la Cruz

 

Rachid Ouramdane – qui, il y a cinq ans, s’était interrogé sur ce que le pouvoir fait aux corps avec Exposition universelle – sera également de la partie. Fraîchement nommé à la tête du Centre chorégraphique national de Grenoble pour succéder avec Yoann Bourgeois à Jean-Claude Gallotta, Ouramdane reprend une pièce de 2014 pour vingt-quatre interprètes, intitulée Tout autour, qui se concentre sur le mouvement perçu comme dynamique de groupe.

 

sunshine - cr?ationchor?graphie, lumires et bande sonEmanuel GatMusiqueGeorg Friedrich Haendel,Water Music, suite n¡2 en r? majeur, hWV 349 (ouverture et bourr?e) assistante ? la chor?graphieGenevive Osbornecollaboration pour la bande sonFr?d?ric Duru

 

Enfin, Emanuel Gat présentera Sunshine. On a déjà eu l’occasion de dire tout le bien qu’on pensait de ce chorégraphe israélien, notamment lors de sa participation à la Biennale de la Danse 2013 dans le cadre d’une carte blanche à Benjamin Millepied. Pour cette nouvelle pièce, dix interprètes ont essayé de mettre en mouvement une chanson de leur choix. Le mot «sunshine», étant celui qui revenait le plus fréquemment dans les morceaux sélectionnés par les danseurs et les danseuses, a donné son titre à l’ensemble.

Les trois pièces du programme Révolution(s), alliant recherche plastique et réflexion autour du geste, devraient ainsi permettre de se faire une idée du futur de la danse contemporaine.

 

Révolution(s), du 9 au 13 février au Toboggan, 14 avenue Jean Macé-Décines / 04.72.93.30.14 / www.letoboggan.com

 

Photos 1 et 3 : Sunshine d’Emmanuel Gat © Michel Cavalca
Photo 2 : Tout autour de Rachid Ouramdane © Jaime Roque de la Cruz

Poster un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.